Follow by Email

lundi 20 février 2017

Les trois soeurs pour Lakevio


Charles-W-Hawthorne -Three-Women-of-Provincetown
 Charles W. Hawthorne - Trois femmes de Provincetown




De tous les tableaux que je viens de voir dans cette galerie, c’est celui-ci qui me fascine le plus. 
Ces trois sœurs, leur tenue austère, leurs visages fermés m’impressionnent. 
A défaut d’en savoir un peu plus sur chacune d’elle, voilà que je leur invente une histoire.
 Alphonsine, l’aînée à gauche semble n’avoir jamais éprouvé aucun sentiment, aucune empathie. Ses vêtements sombres accentuent la dureté de ses traits malgré la broche et le collier rouge, tentative de féminité et d’élégance. Au fond, son air rébarbatif n’est-il peut-être qu’une façade pour cacher une grande timidité et une certaine crainte dénoncée par son regard en biais. Aurait-elle passé sa vie à s’occuper de ses sœurs et  à obéir sans broncher aux ordres autoritaires du patriarche. ?
 Héloïse, la cadette, à droite, n’est guère plus accueillante avec ses lunettes rondes et ses lèvres pincées, elle, a dû avoir la chance de faire des études,  je la vois très bien en institutrice auprès de laquelle il fallait « marcher droit ». Ses doigts crispés et ses mains jointes dissuadent toute tentative de quête de sympathie. 

Ludivine, la benjamine pose dans l’attitude de celle  qui a eu le meilleur rôle. Son visage laisse poindre un soupçon de gaieté. Ses bras ouverts invitent au dialogue. Pour autant, on ne doit pas l'embobiner facilement, quelque chose dans son regard montre une certaine fermeté.

Finalement je les vois maintenant sous un autre angle avec un air moins rébarbatif mais, il ne faut 
pas se fier aux apparence et peut-être  suis-je complètement "à côté de la plaque"...

21 commentaires:

  1. bonjour tanette...

    tu as fait une belle lecture des physionomie, des attitudes, j'ai beaucoup aimé te lire...j'ai juste accroché à la comparaison avec l'institutrice...;) elles ne sont pas toutes crispées...;)

    bonne journée

    ly xx

    RépondreSupprimer
  2. ...bravo pour ton analyse, indulgente, moi je les vois, pas sympathiques du tout, si elles ont un peu d'humanité , elles le cachent bien !! bonne semaine et grosses bises

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve tes descriptions de ces trois soeurs très bien représentatives ! Pas très souriantes les miss !
    Allez, bises et bon lundi.

    RépondreSupprimer
  4. Tu les as bien détaillées et analysées, avec beaucoup d'indulgence. Moi elles me glacent un peu mais faut dire qu'elles ont vécu à une époque difficile où le rire était pécher :-) Bisous à vous deux.

    RépondreSupprimer
  5. Je les vois aigries et malheureuses.

    RépondreSupprimer
  6. bonnes description
    il est vraai qu'elles ne respirent pas la joie

    RépondreSupprimer
  7. Moi je serai plus indulgente. Je vois celle de gauche en souffrance physique et celle du milieu lui témoigne un geste d'apaisement en ayant posé sa main sur elle. Elle lui dit, et celle de droite approuve, qu'elle va s'occuper d'elle; pas question qu'elle se retrouve seule à l'hospice où elle serait sans doute moins bien traitée qu'en restant avec ses soeurs. Bref, ces femmes ont dû prendre des décisions que leur éducation ne remettra pas en question. L'apaisement arrivera bientôt et leurs traits s'adouciront.
    Bonne journée Tanette.

    RépondreSupprimer
  8. Ludivine c'est le prénom de ma fille je peux te dire qu'elle est plus souriante et surtout plus gaie! lol
    Bravo pour ton interprétation
    gros bisous et bonne semaine
    MITOU

    RépondreSupprimer
  9. Je vois que nous sommes assez proches dans nos portraits de ces trois dames. Tu es indulgente car tu sens la vie passée derrière les visages fanées. J'avais une grand-tante à l'allure sévère qui était de toute bonté. Il faut resituer l'époque, en effet. La "dignité"... Il est rare qu'on sourie aussi sur les premiers daguerréotypes. Et est-ce qu'une photo d'aujourd'hui, j'allais dire un "selfie" reflète absolument le caractère d'une personne ? C'est juste une seconde de vie !

    RépondreSupprimer
  10. Comme toi, j'ai vu trois sœurs !! en avons nous manqué nous les filles uniques ? !!! bonne question !! gros bisous à vous deux !
    Vendredi après midi ! ?

    RépondreSupprimer
  11. J'ai moi aussi, été la fille unique de parents âgés (61 et 34 ans) mais j'avais tant de cousins et une cousine, que ça ne m'a pas manqué avant l'âge adulte. C'est pourquoi j'ai voulu avoir 3 enfants.
    J'ai bien aimé ton idée du tableau accroché dans une galerie

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Tanette, tu as fait une belle analyse. C'est vrai qu'à première vue j'ai trouvé ce tableau très triste et puis en le regardant mieux mes yeux se sont arrêtés sur Ludivine dont les bras sont ouvert et on peut deviner une esquisse de sourire. Bel article! Bon début de semaine à tous les deux et bises audoises.
    chatou

    RépondreSupprimer
  13. Tu les as bien observées ; c'est tout à fait cela... Je les aime bien ces trois femmes si différentes.

    RépondreSupprimer
  14. exact! On ne doit pas se fier aux apparences, mais, vraiment, je n'aurai pas envie d'en faire mes copines! :)

    RépondreSupprimer
  15. bonjour tanette....

    alors nous sommes d'accord sur la crispation ;)

    bonne journée

    ly xx

    RépondreSupprimer
  16. Il y en a une on dirait ma soeur et en ce qui la concerne il faut se fier de ses apparences.
    Ceci étant dit, j'ai rattrapé un peu mon retard du à une grosse fatigue.
    Effectivement hier en allant en ville on a vu plein de chatons dans les noisetiers.
    Bises

    RépondreSupprimer
  17. tu as su leur donner vie !
    ça me fait penser à ma mère et ses 2 sœurs ... 3 sœurs quasi identiques physiquement, opposées psychologiquement ... on a aussi des photos d'elles 3 ... mais elles sont au contraires souriantes et pleines de vie :)

    RépondreSupprimer
  18. Ludivine semble effectivement savoir que la vie n'est pas faite que d'abnégation, de sérieux et d'obéissance.
    D'ailleurs ça lui va bien au teint.

    RépondreSupprimer