Follow by Email

lundi 10 août 2020

Les 10 du 10











Nous voici au mois d'août, canicule sur le continent, et enfin! un rayon de soleil chez nous qui devrait durer quelques jours avec des pointes, osons, jusqu'à 25 degrés...

Après un juillet pluvieux au possible, cette parenthèse sèche est la bienvenue. 

A défaut de pouvoir vraiment partir en vacances, rêvons-en.

Qu'est-ce qui autour de vous, est une invitation à la paresse? 


Ce mois-ci, J'habite à Waterford   nous invite à la paresse. Contrairement à elle, il me tarde que cette parenthèse canicule s'arrête  et que nous retrouvions des températures plus raisonnables.

La paresse je ne connais pas...j'ai toujours 1000 et une choses à faire...et quand je n'en ai pas, j'en trouve... mais ces températures excessives me feraient-elles changer d'avis ?


Cuisine, bricolage, couture, patchwork m'occupent à tel point que même à la lecture, je regrettais le temps... Ca y est, je me suis inscrite à la bibliothèque et...voilà que j'y prendrais goût..
J'ai adoré le livre ci-dessous, j'ai toute une pile qui attend elle aussi de me procurer d'agréables moments. Si la lecture ne peut pas être mise au rang de la paresse, elle est pour moi une bonne parenthèse par rapport à mes autres activités.


Et pour lire et paresser à la fois, autant être confortablement installée




Le banc est moins confortable mais quand la température le permet, il a l'avantage d'être au fond du jardin d'où je peux voir les fleurs, les fruits et les légumes tout en profitant du moindre souffle d'air et des parfums ambiants.



Me donneraient envie de paresser, une chambre confortable et joliment décorée....


ou un coin piscine et une table prête à m'offrir quelque gourmandise


ou une plage au  soleil couchant


et pourquoi pas un chat dont j'admire le nombre d'heures qu'il passe à dormir ou à s'étirer mollement


Pourrait aussi m'inciter à la paresse, cette citation de Jacques Prévert...


Et vous ? Qu'est-ce qui vous invite à la paresse ?

vendredi 10 juillet 2020

Les 10 du 10


 

proposé par J'habite à Waterford  pour ce mois de Juillet 


Une amie me parlait récemment de l'art du Kintsugi, que je ne connaissais pas.
Sans aller jusqu'à y mettre de l'or, qu'y a-t-il autour de nous comme réparations, visibles ou invisibles, que nous pouvons partager? 
Repeints, rafistolés, recousus, ces objets que nous voulons garder pour quelques années encore? 


Chez moi, c'est un buffet des années 50 qui sert encore chez ma fille aînée


Ce fauteuil ne convenait pas dans sa couleur grise avec le reste de la pièce, je l'ai "rhabillé"


 Comme quoi, deux couches de peinture, ça change tout...


 Redonner une nouvelle vie à des vieux jean's en recousant des morceaux pour en faire un plaid
pour un canapé


Repeindre et changer la toile  de cette chaise longue en bois


 De la peinture rouge pour effacer les outrages du temps sur ce vieux pot.


Le vélo noir à l'origine, habillé par mes soins au tricot (qui n'a pas résisté longtemps au soleil et à la pluie) est devenu beige antirouille pour quelques années supplémentaires)


Quand elle n'a plus été aussi rutilante que sur la photo de gauche, 
nous l'avons laissé rouiller, elle a trouvé sa place dans le jardin et 
s'enorgueillit d'un géranium


 M. Tanette a eu la bonne idée de rénover l'entrée de notre maison,
c'était indispensable


Pour finir : la gouttière n'était pas très déco...Je l'ai un peu customisé...


Et vous, avez-vous peint, tricoté, cousu, customisé, réparé,  rénové....?

dimanche 14 juin 2020

Anniversaire



50 ans
Bon anniversaire ma fille !

mercredi 10 juin 2020

Les 10 du 10


Ce mois-ci, le thème proposé par J'habite à Waterford 
 





Je précise matériau, parce que Dur, c'est aussi Difficile... 
Allez on reste dans le positif, si ça peut être dur et joli à la fois c'est encore mieux... 

  


Ma participation :
 L'église de Solignac-sur-Loire en pierres volcaniques


Un pêcheur..en récup de fer rouillé













La collégiale de Capestang (34) en grès calcaire à grain fin
 




 
Le cul-de-poule en cuivre dans lequel M. Tanette prépare le nougat...
 




 
Le reconnaissez-vous ? Coluche en terre cuite, réalisé par notre fille aînée





.

Verres exposés au musée de Sorèze (81)





 
Une porte en bois joliment sculptée
 



 



Eglise de Notre-Dame de La Drèche (81) en briquettes roses







La passerelle de Mazamet en acier galvanisé
 




 Une statue en bois d'ébène
 


 
Je ne sais pas si j'ai bien cerné le sujet mais je me suis bien amusée à chercher dans ma bibliothèque 
les photos qui me semblaient "adéquates"...
Merci J'habite à Waterford pour ce petit jeu..!

mardi 2 juin 2020

1er Juin dans mon jardin


Les différents stades de la rose Queen Elisabeth...
elle reste élégante même dans son stade final, n'est-ce pas ?


 Verveine de Buenos Aires



 Fuschia


 Quand les Hydrangeas s'entremêlent avec les Hostas et les fuschias


Une spirée
 

Les premiers millepertuis


Un des deux hydrangéas (Marithé saura me dire lequel... merci)
 


 

Et la locataire qui a élu domicile dans le Jasmin


Bonne semaine à vous cher(e)s visiteurs (ses).

dimanche 17 mai 2020

Candidature


  http://le-gout-des-autres.blogspirit.com/media/02/02/3041250167.jpg


39ème de voir de Lakevio du Goût.

 

 

Cette femme attend, mélancolique.
Dites moi, lectrices chéries.
À quoi pense-t-elle ?
Dans votre histoire il y aura ces dix mots :
- Bibi.
- Légèreté.
- Trait.
- Tomenteux.
- Envie.
- Nourrain.
- Gypaète.
- Nyctanthe.

- Physique.
- Nuage.



 
Mélancolique moi ? Pas du tout !
 Je suis plutôt très agacée, impatiente de connaître le résultat...
 Mais je ne peux m’empêcher de regretter l’influence de mon coach
 qui m’a fait accepter ce chapeau alors que je voulais un bibi.

J’avais envie de légèreté et je me retrouve avec cette grosse cloche à fromage 
(rehaussée d’une énorme rose rouge) sur la tête… 

Non mais, comment voulez-vous que j’obtienne ce rôle tant convoité ?
 J’ai l’air de quoi ?

 Avec ce chapeau je ressemble plus à un nourrain tomentueux 
qui tenterait un gypaète qu’à une danseuse de revue…

Je suis comme le nyctanthe dont les fleurs ne s’ouvrent que la nuit,
( ce qui lui a valu le nom d’ « arbre triste », )
j’ai peur qu’avec un tel physique, je sois vouée à un échec ,

le jury va me balayer d’un trait et m’envoyer dans les nuages