Follow by Email

lundi 18 septembre 2017

Etranges personnages...


De bien étranges personnages mènent une vie bien paisible dans le 
Jardin de St Adrien


Le jardinier :


Les pêcheurs



La lavandière

Le lecteur


Le restaurateur


Les visiteurs
 

Une ondine....

vendredi 15 septembre 2017

Le jardin de St Adrien

Jardin remarquable, classé par le Ministère de la Culture,
Elu jardin préféré des français en 2013 

à mi-chemin de Béziers et Pézenas (RD18E4), le jardin de St Adrien est constitué
"d'anciennes carrières datant du Moyen Age qui se sont transformées peu à peu en 
un écrin de verdure, paradoxale oasis posée sur les roches volcaniques.
C'est un extraordinaire jardin paysager" que je vous laisse
entrevoir à travers quelques photos....









lundi 11 septembre 2017

Pour Lakévio

mmmm

Belinda Del Pesco (1)





Longtemps je me suis couchée de bonne heure
j’aimais me coucher « comme les poules »
 quand je voyais encore un peu de lumière du jour filtrer à travers les persiennes. 
J’aimais ce moment privilégié  au cours duquel je me retrouvais face à moi-même,
 pendant lequel je pouvais réfléchir, revivre la journée passée  ou refaire le fil de ma vie
 jusqu’au moment où le sommeil m’emmènerait vers d’autres lieux improbables.
 Comme je n’ai pas l’esprit d’à-propos, 
c’est là que me venaient, souvent,
 les réponses ou les attitudes que j’aurais dû avoir en certaines circonstances.
 Je me sermonnais alors ou me félicitais selon que j’appréciais ou pas mes comportements.  J’essayerai de faire mieux la prochaine fois…
 mais, immanquablement la fois suivante, à quelques exceptions près, ce n’était pas mieux.
Au fil des années, mon sommeil est devenu plus difficile
 alors j’ai pris l’habitude de me coucher plus tard
 pour tenter d’éviter les réveils nocturnes
 mais je regrette ce temps qui n’était rien qu’à moi et qui reste  dans mon souvenir.
A quoi bon regretter... la vie n’est faite que de changement. 
Ma mère me répétait souvent :
 « Le passé est passé, tu n’y peux plus rien, 
il ne doit servir que de référence pour les expériences à venir.
 On fait ce que l’on peut suivant les acquis du moment, en pleine conscience,
 les expériences nous font évoluer et, même si l’on voit les choses de façon différente,
 il n’y a pas de place pour les regrets. »  
Peut-être avait-elle un peu raison….

samedi 9 septembre 2017

O SO LEIL soleil...!!!




Bon week-end à vous tous qui passez par là.

mardi 5 septembre 2017

Rencontres estivales

L'Artichaut qui va fleurir,.. qui fleurit.... puis.... en pleine fleur.




La Huppe qui vient de temps en temps dans notre jardin


 des ânes et des chevaux dans le pays basque



Une Libellule sur la lavande


des Mouettes (un peu floues..)

vendredi 1 septembre 2017

Frédéric

Bon anniversaire mon fils !



 A cette occasion, je te rappelle la chanson de Claude Leveillé, 
son titre est ton prénom,
tu te souviens, ton oncle Philippe ne manquait pas de la chanter lors de nos réunions de famille.
Bisous.



Je me fous du monde entier,
 Quand Frédéric me rappelle,
Les amours de nos vingt ans,
Nos chagrins, not'chez-soi,
Sans oublier les copains des perrons
Aujourd'hui dispersés aux quatre vents,
On n'était pas des poètes, ni curés,
Ni malins,
Mais papa nous aimait bien.
Tu t'rappelles le dimanche,
Autour d'la table ça riait discutait,
Pendant qu'maman nous servait ?

Mais après,
Après la vie t'a bouffé,
Comme elle bouffe tout le monde.
Aujourd'hui, ou plus tard, et moi j'ai suivi,
Depuis l'temps qu'on rêvait de quitter
Les vieux meubles,
Depuis l'temps qu'on rêvait
D'seretrouver enfin seuls.
T'as oublié Chopin,
Moi j'ai fait de mon mieux.
À présent tu bois du vin,
Ça fait plus sérieux.
Le père prend des coup d'vieux,
Et tout ça fait des vieux.

Je me fous du monde entier,
Quand Frédéric me rappelle,
Les amours de nos vingt ans,
Nos chagrins, not'chez-soi,
Sans oublier les copains des Péron.
Aujourd'hui dispersés aux quatre vents.
On n'était pas des poètes, ni curés,
Ni malins,
Mais papa nous aimait bien.
Tu t'rappelles le dimanche,
Autour d'la table ça riait discutait,
Pendant qu'maman nous servait ?

Mais après,
Après ce fut la fête,
La plus belle des fêtes,
La fête des amants.
Ne dura qu'un printemps,
Puis l'automne revint,
Cet automne de la vie,
Adieu bel Arlequin.
Tu vois qu'on t'a menti,
Écroulés les châteaux.
Adieu nos clairs de lune,
Après tout faut c'qu'il faut,
Il faut s'en tailler une,
Une vie sans arguments,
Une vie de bon vivant.

jeudi 24 août 2017

Astucieuses fourmis


Vous devez vous demander ce que représente cette photo....
Empêchées de monter en haut du cerisier, par la bande verte emplie de glu,
les fourmis ont monté du sable grain par grain, l'ont collé sur la glu
de façon à pouvoir continuer leur ascension....
Nous étions sidérés..

lundi 14 août 2017

C'était bien....!!

Le commentaire d'Heure Bleue sur mon dernier billet m'a fait réaliser que je n'ai pas écrit
 depuis  plus d'un mois.... Comme le temps passe vite...!

Les quelques jours en compagnie de notre princesse me paraissent déjà bien loin
mais  : c'était bien !
Izia est très à l'aise dans la piscine, (tant mieux, 
elle ne sera pas comme sa grand mère qui ne sait pas nager...)


Le soir, un peu de jeu dans le grand lit, une histoire .. et, 
seuls les orages ont eu raison du calme et de la tranquillité de la nuit.



Izia a aimé les poupées russes que mami a fabriquées en 2010.
Elle a dit : "Oh Mami, est-ce que je pourrai les garder toute ma vie entière ?"
Que croyez-vous que Mami ait répondu ? 
"Mais oui bien sûr, je te les donne.."




Après le camping un petit séjour à Capbreton pour retrouver les parents 
qu'elle n'a pas réclamé une seule fois... puis nous avons regagné nos 
pénates et retrouvé le jardin et les légumes qui se languissaient de notre absence...



Il y a aussi la cueillette des mûres qui sont bien en avance cette année
et j'ai repris mon rôle de fourmi qui fait des provisions pour l'hiver.....


mardi 11 juillet 2017

Coucou

Non, je ne suis pas partie en vacances,
Non, je n'ai pas "fait les moissons"
J'ai seulement été très occupée : rendez-vous divers, couture, 
conserves de fruits, de légumes, 
la chaleur, le froid...la chaleur, le froid...
le yoyo incessant des températures, ça fatigue....pas vous ?
Après le mariage de nos amis, auquel nous sommes invités samedi, nous irons faire
provision de câlins, de bonheur.. nous avons l'autorisation d'emmener notre princesse
 (4 ans dans un mois) en camping... c'est la première fois qu'elle partira sans papa et maman...
4 jours seulement n'est-ce pas ?





Je vous raconterai, au retour.
A bientôt.

samedi 17 juin 2017

Marseille

Je vous en ai un peu parlé ici
j'ajoute quelques photos de cette ville que j'ai aimé visiter même si 
c'était trop rapidement à mon goût.

Notre-Dame de la Garde vue depuis la gare St Charles


La sortie du port


La passerelle au-dessus de la route pour accéder au Mucem



La terrasse du MuCEM


Les "galeries" où l'on peut déambuler


Vue sur la mer


Seconde passerelle au-dessus du plan d'eau





  (clic pour agrandir les images) 
Je vous souhaite un agréable week-end. 

jeudi 15 juin 2017

La pyrale du buis


Nous avons été étonnés de voir, à la tombée de la nuit une véritable 
multitude de papillons comme celui-ci, s'envoler, à notre approche de 
la haie de jasmin actuellement en pleine fleurs ou du 
chèvrefeuille couvert de fleurs lui aussi.
Notre voisin nous avait invités à aller cueillir du tilleul pour en faire provision en vue
des tisanes au cours de l'hiver à venir... et voilà que des fleurs du tilleul 
se sont échappés, là aussi, des nuées de papillons identiques.
C'est là que nous avons appris qu'il s'agissait des papillons de la pyrale du buis....
Après recherches, il semblerait que notre région soit particulièrement infestée et que leur prolifération
s'est accentuée avec la chaleur...
Nous n'avons pas de buis mais nous nous inquiétons... si tous ces papillons vont pondre à nouveau...
et s'ils s'attaquent à d'autres végétaux....
Quelqu'un a t'il des informations à ce sujet ?

lundi 12 juin 2017

Quartier résidentiel pour Lakévio


Robert Kenton Nelson





Mon mari a hérité d'une jolie maison de maître qui a appartenu à son grand’ père. 
  Il n’aurait donc,  pour rien au monde,  envisagé habiter ailleurs que là, dans ce quartier huppé. 
Il faut dire qu'elle a belle allure cette grande maison  et je l’avoue, j'ai  été emballée moi aussi lorsque je l’ai vue après quelques travaux. 
Une maison cossue, de grandes pièces très ajourées, un parc arboré, que demander de mieux ? 
Mais, j’ai très vite déchanté…
 L'environnement est triste à mourir… 
J’ai été habituée aux cris, au rires, aux conversations d’une fenêtre à l’autre… tout le monde se tutoyait, se recevait, s’entr’aidait…
 Tout était prétexte pour se rencontrer, parler, partager des biscuits, boire un thé ou un café… bref , mon quartier était convivial..
 Ici, pas un bruit, rien !..  Juste un petit bonjour de politesse entre voisines, quand, par hasard, on se rencontre. Si j’essaye d’engager la conversation, elle est bien vite terminée…
 Que des Q pincés vous dis-je..
 Les haies sont taillées au cordeau derrière des murs assez hauts pour se parer de la vue.
 De grands portails et des fenêtres toujours fermées.
 Chaque maison semble avoir participé au concours : « Dis moi que je suis la plus belle !"
Mais à quoi bon ce tape-à-l’œil si tout paraît inhabité dans cette rue sans âme. ? 
De temps en temps une invitation qui semble n’avoir été donnée que pour faire constater le confort, la beauté et le bon goût de la propriété.. 
Heureusement mes amies  viennent me voir souvent dans ma prison dorée et nous reprenons nos vieilles habitudes le temps de leur visite.