Follow by Email

lundi 1 février 2016

Le conte pour Lakevio

silvestro lega




La vie est calme et paisible dans cette grande maison de maître
 située dans la campagne au bord d’un lac.
 Les grandes pièces s’ouvrent sur un parc fleuri , entretenu par plusieurs jardiniers.
 L’un d’entre eux me fait une cour assidue, 
mais, moi, 
je n’ai d’yeux que pour le maître des lieux. 
 Un homme grand, mince, qui passe son temps entre équitation et balades en forêt.
 Dès qu’il s’adresse à moi, je rougis et bredouille…
il semble s’en apercevoir et s’en amuser, ce qui me rend encore plus gauche….
Mes heures de repos,
 je les passe dans ma chambre,  à épier derrière les persiennes,  les va-et-vient dans le parc, 
mais je l’avoue, c’est son passage que je guette,
 pourtant, je le sais,
 je suis et ne serai jamais que la gouvernante de ses enfants.

16 commentaires:

  1. ....alors elle sera la mère de ses enfants...?...;)Belle compo littéraire..!

    bonne journée

    ly xx

    RépondreSupprimer
  2. je suis certaine que le maître finira par la remarquer ! !
    gros bisous et bonne semaine
    MITOU

    RépondreSupprimer
  3. aie aie aie, si le maitre remarque le manège, ça risque de mal finir, les amours entre servante ou gouvernante et le maitre on sait comme ça fini ! bonne journee chere Tanette, bisous

    RépondreSupprimer
  4. Alors dis moi, c'est la gourvernante ou la mère des enfants ... J'opterais pour la gouvernante ! Bises et bon lundi.

    RépondreSupprimer
  5. jolie rêverie, la question se pose "être ou ne pas être" seul le maître de maison a la décision, ou cette pauvre fille risque d'être comme beaucoup une laissée pour compte
    bon début de semaine

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce joli moment si romantique.

    RépondreSupprimer
  7. Justement, tu connais le sort des gouvernantes lorsqu'elles sont belles...

    RépondreSupprimer
  8. Qu'elle l'évite le monsieur sinon...

    RépondreSupprimer
  9. Ah ben ça dépend... elle peut donner le bouillon de 11 heures à la madame, comme ça il sera libre et hop ! hihihi !
    Bien imaginé aussi... faudrait que j'essaie de m'y mettre, vous me faites envie, toutes !
    Gros bisous à vous deux.

    RépondreSupprimer
  10. Superbe récit ! je la plains la pauvrette, ce genre d'histoire finit rarement bien !
    J'aime énormément lire ces "copies", nous partons toutes dans des directions tellement différentes !! bonne journée à vous deux ! Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Une vision romantique ; mais triste du coup ! S'il lui jetait un œil, cela finirait-il mieux ? J'en doute...

    RépondreSupprimer
  12. Éh, éh, en voilà une qui va passer à la casserole.
    Faudra pas qu'elle vienne pleurer après.
    Bravo Tanette.

    RépondreSupprimer
  13. ohoh!! tanette te voilà d'humeur badine

    RépondreSupprimer
  14. Très romantique, mais très dangereux aussi à l'époque !

    RépondreSupprimer