Follow by Email

lundi 14 mai 2018

A vélo pour Lakévio

viktor Tsvetkov la balade a bicyclette 1965
Viktor Tsvetkov

Et texte libre sur cette image printanière qui invite à l'escapade.


 Ce tableau me rappelle une petite mésaventure au cours de mon enfance...
Je devais avoir une douzaine d'années
Lors de vacances chez ma grand'mère... avec deux de mes cousines plus jeunes que moi,
 nous décidons de nous rendre à vélo au bord du lac à quelques kilomètres du village..
Nous ne disposions que de deux vélos, 
mais qu'à cela ne tienne, 
je me sens capable de porter la plus jeune  sur le porte-bagages.
Il n'y a pratiquement pas de circulation,
 la route est agréable hormis la côte que nous montons ..à pied.
Mais, en sens inverse, ladite côte s'avère être une pente raide que nous
dévalons à toute vitesse...
J'ai beau actionner les freins, ils ne répondent pas à mes attentes,
je n'arrive pas à négocier le virage
 et, c'est dans l'amas de ronces que nous finissons notre course.
Pourquoi me suis-je évanouie à ce moment-là ?
La cousine qui nous suivait avait bien vu toute  la scène,
 c'est complètement paniquée qu'elle est allée chercher du secours.
Finalement nous n'avons rien eu de grave,
seulement des hématomes et de nombreuses égratignures... très peur aussi
évidemment ajoutée à la peur de nous faire gronder...
ce qui n'a pas manqué...

Le tas de ronces n'est plus là, mais à chaque fois que nous passons, 
nous pensons à  cette balade au lac à bicyclette
 dont nous nous souvenons maintenant avec le sourire.

17 commentaires:

  1. Dans les ronces, brrrr j'en ai mal rien qu'à te lire ! N'aurait-il pas mieux valu des orties ? hihi !
    Bises à vous deux... j'espère que vous allez bien ?!

    RépondreSupprimer
  2. wouah souvenir d'une avenure, qui aurait pu mal se terminer, les ronces un moindre mal ! bonne semaine chere Tanette, bisous

    RépondreSupprimer
  3. Rien que de lire ton "aventure", j'ai mal partout ! Vous avez eu de la chance avec ta cousine de n'avoir rien eu de grave !!! Mais quelle émotion dis donc. Allez, bisous et on début de semaine.

    RépondreSupprimer
  4. Pas cool les ronces, mais mieux qu'un mur ;)
    Des années après cela fait de "bons" souvenirs :)

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Tanette, pas un jour à faire du vélo ici aujourd'hui. Un beau récit avec un doux parfum d'enfance.
    Bonne journée à tous les deux et bises audoises
    chatou

    RépondreSupprimer
  6. Ah oui il y a de quoi s'en souvenir
    En effet
    Mais ce sont des moments qui font du bien dans la vie, maintenant
    que garderont nos jeunes à part les jeux vidéos pour certains hélas :)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Un souvenir... piquant, sans aucun doute ! Le temps en fait une anecdote amusante dont tu nous fait profiter. Merci, Tanette.

    RépondreSupprimer
  8. C'est insupportable ! On leur dit "roue libre" et tout de suite y'a les freins qui lâchent ! Maudits vélos !;-)

    RépondreSupprimer
  9. parfois on a besoin qu'un truc pareil nous arrive pour apprendre un peu de prudence :-)

    RépondreSupprimer
  10. Bigre !! Cette petite mésaventure issue de ton enfance est fort visuelle ! Fort heureusement que ce ne fut pas trop douloureux ! Oh !! A cette age de la prime jeunesse, il m'est arrivé avec des cousins de faire du vélo sans freins mais sans écorchure pour le coup .Merci pour ce récit Tanette !!

    RépondreSupprimer
  11. Ah les souvenirs d'enfance avec nos vélos ! Que d'anecdotes !
    ça me fait penser à la chanson "Le vélo" de Bénabar. Tu connais ?

    RépondreSupprimer
  12. Voilà une histoire qui me parles, il m'est arrivé pareille mésaventure, mais moi ce sont les orties qui m'ont recueillie ! Je m'en souviens encore !

    RépondreSupprimer
  13. ...bonjour tanette

    ...et c'est comme ça que se construisent les beaux souvenirs...mais sur le moment il sont difficile à vivre...;) tout est bien qui finit bien...!

    bise

    ly xx

    RépondreSupprimer
  14. J'aime beaucoup le tableau.
    Quand on est jeune on a tendance à être un peu casse coup.
    Les gamelles à bicyclette je connais aussi. Délia parle d'orties, un jour avec ma soeur, ma cousine et une copine, dans le Berry, nous faisions un course en sac. Ma cousine s'est vautré dans un tas d'orties. Aïe !
    Belle journée et bises

    RépondreSupprimer
  15. Je viens de lire plusieurs devoirs de "filles de la campagne", les petites parisiennes ne tombent jamais dans les ronces, elles faisaient du vélo dans leur rue sous le regard des parents.

    RépondreSupprimer
  16. si tu etais né à notre époque tu n'aurais pas eu de problème car scotchée devant un écran.
    Mais tu aurais fini un peu plus idiote

    RépondreSupprimer
  17. Comme tout le monde, j'ai pris de belles gamelles à vélo moi aussi. L'une d'elles m'a laissé une belle cicatrice sur la jambe !

    RépondreSupprimer