Follow by Email

lundi 7 novembre 2016

Au bout de la rue (pour Lakevio)

Spencer_F_Gore_-_Cambrian_Road,_Richmond
 Spencer Gore - Cambrian Street - Richmond - 1913


J’habite une rue calme et tranquille tout comme celle qui figure sur le tableau proposé par Lakevio. 
Mes voisins sont sympathiques, nous avons de bonnes relations,
  l’entr’aide et la solidarité fonctionne bien entre tous. 
Au mois de Juin, nous faisons la fête des voisins et, tout au long de l’année tout est prétexte pour se réunir chez l’un ou chez l’autre. 
Tout près, habite Henriette, nos jardins sont mitoyens, elle a connu mon père en culottes courtes et lui donne de bons et précieux conseils de jardinage.
 En compensation nous l’emmenons faire ses courses et l’aidons dans les travaux que son grand âge ne lui permet plus… elle est un peu notre grand’ mère toujours prête à partager ses expériences et nous sommes avides de ses récits qui nous paraissent d’un autre monde.
 Au bout de la rue, après le virage, il y a une espèce de château plus ou moins délabré, inhabité depuis longtemps dont les abords sont à l’abandon.
Jamais personne n’a pu approcher des lieux et
 aucun voisin n’a tenu plus d’un mois dans les maisons attenantes.
 En effet, la nuit, les volets, pourtant fermés toute la journée, claquent sans cesse 
même lorsqu’il n’y a pas de vent.
 Certains, plus courageux que d’autres ont voulu franchir les grilles mais ils ne sont pas allés très loin, ils se sentaient poursuivis et guidés vers la sortie…
Henriette, dans son jeune âge, a connu ses habitants. La maison était alors très belle et la famille qui habitait là  plutôt enjouée. Il y avait  souvent des réceptions jusqu’au jour où….un cadavre aurait été découvert…par un passant en bordure de leur terrain.
Un décès accidentel après une chasse à courre dont-ils étaient friands ? un meurtre ?
Etaient-ils directement responsables ?
 personne n’a jamais su…
Depuis, les habitants ont déménagé, les volets sont clos, on dit la maison hantée… 
Qu’en est-il exactement ?

21 commentaires:

  1. bonjour tanette,

    tu as su mettre une ambiance de mystère dans cette rue aux allures si calme..;)

    bonne journée

    ly xx

    RépondreSupprimer
  2. Et bien ce n'est pas demain que je déménagerai dans ta rue ! lol
    bon dommage pour Henriette elle est très gentille . . . .
    gros bisous et bonne semaine
    MITOU

    RépondreSupprimer
  3. Effrayante ta rue !!! Bon, je crois que je resterai dans la rue bien tranquille de mon petit village ! Bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Mystère des maisons vides... Et des rues vides aussi, non ?

    RépondreSupprimer
  5. Je dis que le côté hanté fait baisser les prix, certains feront une bonne affaire.

    RépondreSupprimer
  6. On dirait un peu le château de Casper ...
    En attendant, j'aimerais bien avoir de bonnes relations de voisinage, où tout le monde se sourit et se rend service. Ici c'est un peu chacun pour soi, dommage !

    RépondreSupprimer
  7. Je suis toujours triste devant une rue vide et intriguée par une maison vide. j'aime ces maisons pour y projeter des tas d'histoires comme tu as su si bien le faire. On a très envie de connaître Henriette.

    RépondreSupprimer
  8. ah! ben voli voila comme quoi le calme cache parfois des choses pas très avouables !

    RépondreSupprimer
  9. Une maison mystère, c'est la porte ouverte au stress et à la curiosité !! belle journée ! gros bisous

    RépondreSupprimer
  10. Un très beau tableau..
    mais quelle histoire ! brrr.. fait froid dans le dos.
    J'aimerais bien avoir un voisinage comme tu le décris si bien..
    Belle journée - Bisous

    RépondreSupprimer
  11. J aime bien les histoires de maisons hantées dans nos villages. Joli récit. Bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Tanette,
    Une rue bien mystérieuse et je voudrais bien connaître la suite.
    Très captivant ce récit et je voudrais bien profiter des récits de Dame Henriette.
    Je suis au Barcares pratiquement pendant 10 mois de l'année depuis la retraite de mon mari il y a trois ans ( nous avons une résidence secondaire depuis 20 ans et nous avons acheté plus grand il y a trois ans) Nous avons conservé la maison du Nord, mes parents ne voulant pas migrer dans le Sud. Nous remontons tous les trois mois pour deux à trois semaines, sauf cette fois, à cause de travaux nous n'avions pas pu remonter plus tôt, nous y étions depuis Avril.
    Bizz et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  13. Ben dis donc, j'en apprends des choses grâce à toi et je découvre.....ton talent de conteuse. Mais toi , crois tu à toutes ces histoires ?
    Je t'embrasse
    Chinou

    RépondreSupprimer
  14. Bravo! Bien vu et décrit. Tu es une bonne écrivaine. Tu développes un peu plus et voilà une série télévisée comme Barnaby par exemple.
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. même les maisons avoisinantes seraient "hantées" ? 9a donne envie de jouer les détectives :) Bien raconté ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  16. On ne le saura probablement jamais ! Mais heureusement, l'autre bout de la rue est agréable pour ses habitants. Et il y a Henriette, fidèle voisine de jardin. L'histoire ne dit pas s'il y eut un temps des rivalités de récoltes (c'était un jeu pour mon oncle : mes tomates sont plus belles. Ses citrouilles sont plus grosses...)

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Tanette....

    Cette rue est toujours bien calme...;) les fantômes sont endormis..!

    bonne journée

    ly xx

    RépondreSupprimer
  18. Tu me donnes la chair de poule... à moins que ce soit à cause de la météo hivernale de ce jour.
    Bisous à vous deux.

    RépondreSupprimer
  19. Histoire digne d'Halloween... Et si des gens y vivaient reclus, complètement coupés du reste du monde? Bonne semaine Tanette.

    RépondreSupprimer
  20. Eh bien, quelle histoire ! J'ai souvent déménagée et toujours de bonnes relations avec mes voisins. C'est important de se connaître et s'aider. Bises

    RépondreSupprimer