Follow by Email

lundi 16 mai 2016

La maison jaune pour Lakévio

William-Chadwick-House-by-the-Stream-1917-600x495
William Chadwick 

Alors ? Qu’en pensez-vous, vous ne la trouvez pas belle la maison que j’ai héritée de ma grand’mère ? 
Moi, je dois l’avouer, je suis comblée. 
Elle m’a toujours plu, même lorsqu’elle était un peu décrépie,
 (c’est normal, j’avais tissé avec elle des liens affectifs),
 mais depuis que j’ai fait peindre sa façade en jaune et ses volets en bleu comme les barrières qui l‘entourent, j’en suis « raide dingue »…
Certes les couleurs sont belles, il y a une telle harmonie avec la végétation alentour au printemps, 
quand je regarde le tout se reflétant dans la mare à l’arrière, 
que je crois voir un grand tableau de maître.
Je me plais tellement dans ce petit paradis que je n’en sors que contrainte et forcée lorsque les courses deviennent obligatoires parce qu’il n’y a plus rien à manger… 
Ici je suis en symbiose avec la nature, elle est ma meilleure voisine, je m’y ressource à tout instant. 
Quand je m’installe pour manger sur ma terrasse, au soleil s’il fait frais, ou à l’ombre du tilleul s’il fait trop chaud, je fais partie du paysage,
 les parfums des fleurs, les essences des arbres montent jusqu’à moi, 
les oiseaux me donnent un concert privé, certains viennent jusqu’à mes pieds quêter quelques miettes, 
.le chat prend des poses sur la murette, 
mon repas terminé, je n’ai plus qu’à prendre place dans le transat et à me laisser aller quelques minutes pour savourer ces mille et un petits bonheurs quotidiens.
 Il sera temps tout à l’heure de reprendre mes occupations.
Je ne m’ennuie jamais !
Les jours de pluie ne sont pas tristes ici, les grandes baies vitrées me permettent d'admirer cette nature que j’aime sous d’autres couleurs.

Tous les jours je me félicite de n’avoir eu aucune hésitation à quitter la grand ville,
je ne m‘y plaisais pas.
 Quel contraste. !
 Finis les « bouchons » dans lesquels je pestais, ou l’attente de bus ou tramways
 qui étaient si pleins lorsqu’ils arrivaient enfin, que je devais attendre les suivants. 
La solitude ici me sied bien plus que celle de la ville.
Je détestais être entourée d'autant de gens sans  pouvoir communiquer avec eux. 
S’il m’arrivait de tenter une conversation, mes propos semblaient souvent tomber dans le vide…
Mon « Chez moi » se limitait à un petit  appartement sans balcon, j’avais l’impression d’étouffer. 
Non vraiment rien,   je ne regrette rien de ma vie citadine.

20 commentaires:

  1. Très belle ta maison reçue en héritage. ..calme et beauté en prime. ...charmante compo

    Bonne journée ly xx

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends tout à fait le narrateur, vivre en symbiose avec la nature... Merci de ce beau texte Tanette. Bonne journée, bises.

    RépondreSupprimer
  3. bravo chère Tanette, le texte va comme un gant, à cette belle maison, en pleine nature, bon Lundi de Pentecôte, grosses bises

    RépondreSupprimer
  4. J'irais bien passer un week end dans ta maison jaune ! lol
    Tu l'a si bien raconté !
    Bisous et bon lundi
    MITOU

    RépondreSupprimer
  5. Tu vas avoir des invités surprises!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis de tout coeur avec toi
    Je suis rurale et je le revendique hihi
    Bravo pour ton texte

    RépondreSupprimer
  7. Attends ma belle, attends le premier hiver et si ton enthousiasme a résisté au brouillard et à l'humidité, alors oui tu pourras crier victoire.

    Joli texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Détrompe-toi, je suis une vraie rurale, vraie de vraie, je n'ai jamais quitté ma campagne, mais j'en ai vu, de citadins, venir s'installer ici au printemps et repartir l'année suivante, lassés par la pluie, le froid, le noir.
      Et ce que je raconte est loin dêtre la vérité ;).
      J'adore broder.

      Supprimer
  8. Elle est belle cette maison mais je sais que je regretterais la ville, elle n'a rien d'anonyme.

    RépondreSupprimer
  9. Comme tu as raison en évoquant une solitude plus apaisante à la campagne qu'à la ville. Pourtant je vis à Paris et mon cher Parisien ne supporte pas longtemps les campagnes où je l'emmène... Je crains qu'il ne m'ait un peu "contaminée"...
    J'aime tous les textes que leurs auteurs proposent à mon petit jeu parce que c'est un peu de soi qu'on offre. Laissons les esprits négatifs de côté ; je n'apprécie que les critiques positives.
    Merci et bravo.

    RépondreSupprimer
  10. Moi, je suis une campagnarde dans l'âme, une montagnarde même ! Rien que d'entendre le mot "ville", j'ai une poussée d'urticaire, c'est dire. Et qu'elle est belle cette maison jaune aux volets bleus. Elle me fait penser un peu à la célèbre maison aux volets bleus du Marais Poitevin ! Dommage que les proprios l'aient vendue, mais ils devaient être embêtés par ces milliers de touristes qui la photographiaient à longueur de journée. Tiens, ce midi nous allons déjeuner dans un tout petit village, Salinelles, dans le Gard, et le restaurant se trouve au château, là où est né mon mari ! Mes beaux-parents n'étaient pas les châtelains, mais les métayers ! Bisous, bisous.

    RépondreSupprimer
  11. Oh que j'aime !!! ça me fait penser à une maison que j'ai tant aimé là bas près des Varennes ......je sais que tu vois laquelle ......bises à vous deux

    RépondreSupprimer
  12. J'ai déménagé à la campagne, je ne pensais jamais aimer. Et pourtant, avec Internet tout est proche, il n'y a plus que des avantages ! Et dans une si jolie maison, je serais aux anges !

    RépondreSupprimer
  13. ....�� regarde sous la galeries les lampadaires sont la..

    Bonne journée Ly xxx

    RépondreSupprimer
  14. Quelle belle inspiration, Tanette ! Oh !!

    RépondreSupprimer
  15. Retour au source ressourçant!

    RépondreSupprimer
  16. oh, mais j'aurai bien pu dire la même chose !!

    RépondreSupprimer
  17. Comme je la comprends.(Un peu le même chemin, de Paris à la campagne, sans regret) Ce fut une bonne idée de repeindre la façade et les volets : la vraie maison du bonheur.

    RépondreSupprimer