Follow by Email

samedi 24 avril 2010

Pas le moral...

"S'accrocher à l'autre pour ne pas tomber seul. J'aime le coup de téléphone passé à la soeur...j'aimerais bien faire de même mais je n'ai pas de soeur alors je blogue."
c'est le commentaire de Lautreje en réponse à l'article d'une autre bloggeuse....

J'ai retenu cette phrase, elle me correspond tellement :

Ceux et celles d'entre vous qui me lisez régulièrement, savez nos difficultés avec notre fille ainée...j'en ai parlé quelques fois, pour ceux qui ne savent pas, je résume :  diagnostiquée schizophrène depuis 13 ans maintenant Valérie a des périodes de rémission pendant lesquelles elle mène une vie normale et participe à de nombreuses activités.
Le 10 mars dernier, elle a été opérée d'un escarre sacré  contracté à la suite d'un grave accident de la route il y 4 ans 1/2. L'opération a été un réel succès mais l'anesthésie et la morphine ont réveillé les problèmes psychiques.
A la sortie de l'hôpital, il y a un mois, nous l'avons gardée chez nous espérant lui éviter un séjour en HP :
- un mois au cours duquel la situation n'a fait qu'empirer malgré notre vigilance quand à la prise du médicament, malgré une alimentation saine et régulière, malgré aussi tout notre amour et notre patience...
- nous n'avons pu que constater notre impuissance face aux démons qui la hantent, aux voix qui la persécutent, prennent tout son espace et captivent toute son attention...
- un mois de souffrance partagée....pour rien. Valérie est en HP depuis mercredi dernier....

 J'ai envie de dire, de crier, de hurler ma peine devant son pauvre visage aux yeux hagards, son corps amaigri et tremblant et son obsession (elle craint pour les personnes de son entourage qu'elle croit en danger)
Un mois pendant lequel mes yeux ont dû rester secs et souriants pour la rassurer mais mon coeur, lui, n' a pas cessé de pleurer en partageant les minutes de ses tristes journées.
Un mois pendant lequel je n'ai cessé d'espérer revoir sourire ses beaux yeux verts de leur franc sourire, je n'ai cessé d'espérer reprendre nos conversations là où nous les avions laissées.
Un mois pendant lequel je me suis sentie sombrer avec Elle.
Je me sens amputée...j'ai maaaaaaaaaaaaaaal.

Maintenant nous devons retrouver notre calme, notre équilibre,  reprendre espoir afin d'être mieux à même de l'accueillir à sa sortie car là encore elle sera fragile et aura besoin de nous....

Merci à vous de me lire, de comprendre, et d'apprécier mes billets qui représentent  une aide importante pour traverser ce quotidien.

33 commentaires:

  1. Nous sommes très émus et compatissons.
    Mais aussi impuissant devant une telle situation.
    Que Dieu vous vienne en aide et vous protège.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Tanette. Je comprends ce que tu écris. Pendant les années de longue maladie de ma mère, un peu avant qu'elle ne nous quitte, l'an dernier (déjà), je me suis accrochée en essayant de rester courageuse, pour l'accompagner dans la souffrance. Je sais combien c'est épuisant nerveusement et combien l'on se sent impuissant. Et je sais aussi que mon petit message ne t'aidera pas beaucoup, mais je partage ta peine. Gros bisous, je pense bien à toi ma Dame Tanette.
    Ella/Manderley

    RépondreSupprimer
  3. je compatis à votre souffrance à tous les deux....il faut garder espoir...vivre dans l'espoir que sa maladie soit contrôlée....Prenez soin de vous afin d'avoir la force nécessaire pour accompagner votre fille....

    je vous envoie plein d'énergie...et jaurai une pensée pour vous à chaque jour...

    ly xxx

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr que l'on pense à toi, quelle épreuve pour toute ta famille.

    RépondreSupprimer
  5. chère Tanette, nous sommes de tout coeur avec toi, nous connaissions ta situation et espérions qu'il y avait du mieux, hélas ! soyez courageux, tenez bon, elle aura encore besoin de vous au retour, nous t'embrassons tendrement...

    RépondreSupprimer
  6. Courage Tanette il vous en faudra encore beaucoup
    mais si vous pouvez partir un peu même 2 ou 3 jours cela vous fera le plus grand bien
    je suis prés de toi par la pensée et comme je te l'ai dit tu peux si tu en a besoin m'appeler quand tu veux
    bisous à tous les deux
    ps elle est si belle Valérie !!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Tanette
    je suis de tout coeur avec toi, reprends tes forces à ton rythme, si le temps du chagrin est là, il faut le laisser mais ensuite, pense à toi et prends soin de toi. Ta fille est entourée de professionnels, tu lui donnes aussi le meilleur de toi. Tu ne peux faire plus.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  8. C'est une situation particulièrement difficile que tu vis là Tanette, j'espère de tout coeur que la santé de Valérie va vite s'améliorer, que vous allez tous retrouver le sourire et la joie de vivre On est de tout coeur avec toi Tanette ! Gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Terrible situation ! Je suis sans mot pour m'exprimer... Que les blogs et ces fenêtres ouvertes sur d'autres mondes, d'autres vies te fassent sortir des pensées qui doivent toujours revenir
    Amicalement bises Alain

    RépondreSupprimer
  10. l'impuissance devant la douleur de nos enfants et je crois la pire de toute...enfin presque, car quand on les perd définitivement c'est bien pire, j'en sais quelques choses...
    je te souhaite de tenir le coup,
    de reprendre le moral, car sans lui, c'est bien difficile
    bises

    RépondreSupprimer
  11. S'accrocher même si on a envie de tout lacher. Rufuser le repli sur sois même si un poid vous clout au sol....

    RépondreSupprimer
  12. ma Tanette, par faute d'ordi j'ai pas trop lu tes mesages et là je lis ton message désespéré, mon Dieu pourquoi cette si grande injustice...
    quelle souffrance, une maman qui souffre de son enfant pour qui on ne peut rien, mais Patience et Courage ma douce, tu vas voir elle va retrouver cette lumière que j'ai vue dans ses jolis yeux, je prierai pour vous deux et quelle retrouve sa voie et sa joie de vivre !
    gros bisous ma Tanette

    RépondreSupprimer
  13. Je comprends que tu n'es pas le moral, j'avais déjà lu un billet que tu avais mis sur cette difficile situation. Te te souhaites plein de courage et vous envoie toute mon amitié. Bisousss.

    RépondreSupprimer
  14. Je ne te connais pas depuis longtemps et donc j'ignorais ta douleur et le mal qui ronge ta fille... c'est, elle si jolie sur cette photo ?
    Mon fils a fait une grave dépression il y a quelques années et on a eu bien peur de le voir si mal...
    Je penses à toi et à votre peine à tous, on ne peut pas grand chose pour aider, espérer...
    je t'embrasses Tanette

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Tanette, tes mots m'ont émue profondément et je comprends ta souffrance.. c'est un mal horrible et tu te sens impuissante, comme cela doit être difficile pour vous. Il faut absolument que tu évacues ta douleur, et ce passage en HP est surement nécessaire. Que c'est difficile d'être une maman car un enfant c'est une partie de nous.
    Je souhaite que Valérie aille mieux très bientôt et que vous allez retrouver un peu de sérénité. Ma chère Tanette, je ne sais plus quoi te dire tellement je suis bouleversée. Je t'envoie plein d'ondes positives et je t'embrasse
    chantal

    RépondreSupprimer
  16. Un petit coucou pour te réconforter
    bisou bon dimanche

    RépondreSupprimer
  17. Que cela doit être dur pour vous , je comprends et je ne réalise pas l'ampleur de cette maladie, des hauts, des bas, mais il y aura à nouveau un retour vers la guérison je pense.Mais en attendant il faut vivre avec et c'est douloureux pour une mère et toute la famille.
    courage Tanette
    Bises

    RépondreSupprimer
  18. Ton billet me touche profondément et je ne sais quoi te dire.....
    Viens faire un tour et partager un plat de langoustines .

    RépondreSupprimer
  19. Je comprends que la douleur soit immense aussi pour la famille surtout qu'elle doit s'efforcer de la cacher à l'être aimé. Alors parfois cela éclate, surtout le soir !!

    Tendres bises de nous deux.

    RépondreSupprimer
  20. Coucou Tanette, un petit coucou en ce dimanche pour te dire que je pense bien à toi.
    je t'embrasse
    chantal

    RépondreSupprimer
  21. J'imagine à quel point cela doit être éprouvant :-(
    Je pense fort à vous deux et vous embrasse affectueusement.

    RépondreSupprimer
  22. Vous avez fait ce que vous avez pu, pendant tous ces derniers jours/semaines. Mais hélas, les parents malgré tout l'amour incommensurable qu'ils ont pour leurs enfants, ne peuvent pas leur assurer paix et sérénité. Nous n'avons pas de prise sur ce qui mijote à l'intérieur d'eux-même. C'est la grande frustration du parent, jamais guérie et toujours béante. Je suis avec toi Tanette. En profiterez-vous pour "changer d'air" et rouler un peu vers d'autres horizons ? Si c'est le cas... tu sais quoi. Plein de bises à vous, tenez bon et profitez-en pour vous refaire une santé.

    RépondreSupprimer
  23. Tanette, je suis si triste de lire tes mots qui te font mal, qui me font mal. C'est tellement terrible la douleur d'un enfant, tu parles d'amputation comme je te comprends. Vous craigniez tellement ce qui arrive après son opération, c'est difficile de trouver des mots de réconfort, je sais votre douleur à tous les deux. J'espère malgré son état une vraie amélioration, il faut y croire, il faut espérer. Je t'appelle, je vous embrasse tous les deux.

    RépondreSupprimer
  24. Tanette, je suis désolée en lisant cette triste nouvelle... je comprends ton angoisse, ton désespoir..mais comment les médecins n'ont pas vu ce qui pouvait arriver en l'anesthésiant en lui donnant cette morphine ....il faut donc attendre que ces effets néfastes disparaissent pour que l'état de votre fille s'améliore .... Tanette, je suis triste pour vous.. tu as raison d'en parler..
    je te fais un gros bisou

    RépondreSupprimer
  25. si totalement navrée pour vous, un petit réconfort tout de même : le souvenir des progrès formidables qu'elle avait fait et donc l'idée qu'elle refera ce chemin, peut être rapidement

    RépondreSupprimer
  26. je ne peux pas te dire plus, sinon que je pense souvent à votre situation, à toi, à ta fille. J'en parle de temps en temps à la maison,en mesurant ma chance d'avoir un enfant et ceux de zhom en parfaite santé physique et morale . Je suis contente toutefois que tes relations de blog t'apportent un peu de soutien moral même s'il reste sans doute très maigre au regard de ta douleur ...enfin de votre douleur ...

    RépondreSupprimer
  27. On est de tout coeur avec toi ... et avec elle ... Tu fais ce que toute mère doit faire pour son enfant, et certainement pas pour rien ... Allez, cela ira mieux, j'en suis sûre. Il faut prendre le temps ... ce n'est pas facile, je le sais bien. En tout cas, on pense bien à toi. Prends soin de toi aussi ...
    Bisous
    Hélène

    RépondreSupprimer
  28. Chere Tanette -- Comme la vie est dure pour ta chere Valerie. Et pour toi et toute la famille aussi. J'espere beaucoup pour une remission pour Valerie tres bientot -- et pour un peu de repose pour toi en ce moment. Prends soin de soi, chere amie. Bisous de tout coeur.

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour Tanette,
    Juste un mot pour vous apporter, à tous, mon soutien. Je vous embrasse avec l'espoir que cette crise s'achève vite vite... Sylvie (Toulouse).

    RépondreSupprimer
  30. j'ai une soeur, nous avons eu, nous avons à avancer, épaule contre épaule, l'une étant la béquille de l'autre, à tour de rôle... bien que face à la souffrance, à la grande douleur morale, on soit toujours seul.
    la maman que je suis t'embrasse, tout simplement...

    RépondreSupprimer
  31. Beaucoup de temps que je n'étais pas passée. Bien qu'impuissante, je suis de tout coeur avec toi Tanette. Courage ! Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  32. que dire ? comment alléger la souffrance d'une maman, d'une famille ? je pense à toi, à vous, c'est malheureusement tout ce que je peux faire

    RépondreSupprimer
  33. Bonsoir Tanette,
    Je suis Annie ou Anikô, voire Anikô Koro (koro = le coeur, en japonais, le sentiment, pas l'organe vital), sur canalblog.
    Je compatis puisque je VIS, à peu de "choses près", ce que vous vivez avec votre grande fille depuis 13 ans. Chez nous, il s'appelle Miguel, il a 29 ans et il sort d'une année complète d'hospitalisation.Tout a basculé il y a plus de 11 ans. Il va de mieux en mieux mais...
    Grande amitié FORTISSIME à toi, ta famille, Valérie...
    Viens faire un p'tit tour sur mon blog, si tu as quelques minutes, un jour :
    anikokoro.canalblog.com

    RépondreSupprimer