Follow by Email

mercredi 27 avril 2016

Petit bonhomme



En septembre dernier, j'ai découvert ces petits bonshommes chez

http://cheznadette21.canalblog.com/archives/2015/09/04/32556167.html

(depuis bien d'autres ont fleuri sur la toile, tous plus beaux les uns que les autres)

j'en ai fait 5 tout de suite



J'en ai offert deux à ma petite-fille Izia (celui de gauche et celui de droite)
elle les a tout de suite baptisés : Boubou et Basile


Je lui donnerai les autres à une autre occasion, on verra quels prénoms elle va leur trouver.


Aujourd'hui la maman d'Izia a 40 ans....il va falloir que je lui trouve un autre cadeau tout de même ..hi hi
Bon anniversaire à ma chère belle-fille !

lundi 25 avril 2016

La plage au clair de lune



La nuit, la lune, la mer, la plage... Etes-vous romantiques ?...

Naomi Tydeman RI



Elle avait rangé la vaisselle.
 Les enfants s’étaient endormis avant qu’elle ait fini de leur lire la petite histoire comme elle s’appliquait à le faire chaque soir.
 Elle allait enfin pouvoir profiter de SON moment à elle. 
Elle quitta la chambre sur la pointe des pieds et marcha lentement jusqu’à la plage.
 C’était soir de pleine lune. La lune se reflétait sur l’eau faisant naître des milliers de petites étoiles sur la crête des vagues. Hélène se souvint du temps où elle venait là avec son amoureux, il lui murmurait des mots tendres. Elle pensait alors que ce temps béni durerait toute la vie,
 elle était loin de s’imaginer combien la vie de femme de marin pouvait être difficile….
 Elle était souvent seule et devait assurer la vie au foyer. 
Elle ne savait jamais quand son mari rentrerait, chaque coup de vent la mettait en alerte…
 reviendra t’il ce soir, dans une semaine, peut-être jamais…? A cette idée ses yeux se remplirent de larmes ..mais, non, il reviendrait, elle le savait,
 il la reprendrait dans ses bras et la magie du début de leur rencontre opérerait à nouveau…
 D’ailleurs, cette petite lumière…là-bas….annoncerait-elle son retour ? 
Oh, si son cœur qui s’était mis à battre très fort, pouvait avoir vu vrai !


dimanche 24 avril 2016

Colza

Encore du colza toujours  sous un ciel gris, entre Castres et Lautrec (Tarn)




vendredi 22 avril 2016

Saragosse 3/3

Palais de l’Aljafería

" Palais arabe situé au cœur de Saragosse. Ses vestiges mudéjares appartiennent à l’ensemble architectural mudéjar classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Il fut construit pour servir de lieu de loisirs. Mais il eut aussi une fonction défensive. Il s’agit d’un château-palais du XIe siècle. Il conserve des vestiges de son enceinte fortifiée. Ce palais est de plan quadrangulaire, avec des grosses tours rondes, hormis l’une d’elles, connue sous le nom de Grosse tour du Troubadour (Torreón del Trovador), dont le plan est rectangulaire. Les pièces se répartissent autour d’un patio à ciel ouvert. Ses toitures, plafonds à caissons et décorations à base de yeserías (plâtre) sont remarquables. Il est aujourd’hui le siège du parlement aragonais."

En voici une partie :
















 

mercredi 20 avril 2016

Saragosse 2/3

La porte Del Carmen et une église à l'entrée de la ville



La poste


 Reflet d'un grand immeuble dans la façade, en face, toute en glaces


 Une belle façade


 et la magnifique place del Pilar avec au fond la cathédrale de la Seo


et là, la basilique Nustra Senora del Pilar flanquée de la bourse du Commerce et de l'hôtel de Ville




Les Halles


Le pont de pierre


mardi 19 avril 2016

Saragosse 1/3

Saragosse est une ville monumentale dont les rues portent l'empreinte de quatre civilisations : les Romains, les musulmans, les juifs et les chrétiens. 
Une ville moderne, d'environ 700 000 habitants,
 dotée de très bonnes infrastructures, siège de l'Exposition internationale Saragosse 2008.



C'est du haut du campanile (80 m. de hauteur) de la basilique Nuestra Senora del Pilar


 que j'ai pu prendre ces photos de la vue panoramique de la ville





il manquait juste un peu de soleil mais, c'était ..beau !!!

lundi 18 avril 2016

Rassemblement de famille pour Lakevio



Palmer Pauline - family-gathering-1919-pauline-palmer


Ils étaient habitués aux grandes tablées.
 Le père et la mère avaient élevé leurs huit enfants… 
Les revenus du ménage étaient quelques fois insuffisants, mais ils pouvaient toujours compter sur le côté « débrouille » du père qui, issu, lui aussi, d’une grande fratrie, avait appris tout jeune à subvenir à ses besoins, avec tout ce que lui offrait la nature.
 C’est ainsi que, suivant les saisons, la chasse, la pêche, les champignons, les salades, asperges,  poireaux, pommes, noisettes sauvages n’avaient aucun secret pour lui. Toutes ses cueillettes ajoutées aux légumes de son jardin et aux volailles ou lapins qu’il élevait lui-même avaient au fil des ans amélioré leur ordinaire.
 Les enfants avaient grandi, s’étaient mariés. Certains emportés par leur profession habitaient à l’étranger et il n’était pas aisé de rassembler tout le monde autour de la table familiale. Pourtant à chaque fois que c’était possible, au moins une fois l’an, on ne ratait pas l’occasion. 
Aujourd’hui est un grand jour, tous les enfants et leurs conjoints, peut-être aussi quelques petits-enfants seront présents. Chez les enfants, on retrouve les lève-tôt, ceux qui ont prêté main-forte sitôt le petit déjeuner terminé, une deuxième vague en fin de matinée, puis la retardataire, toujours la même, la « bouche en cœur »  arrive enfin, quand l’apéritif est déjà servi…
 Les parents le savent, chacun de leurs enfants a gardé les habitudes conformes à son tempérament respectif.
Ce n’est pas grave, aujourd’hui, on n’est pas là pour rendre des comptes, mais pour profiter chacun des uns des autres, du plaisir d’être ensemble et de se souvenir des bons moments. 
 Les cousins se sont retrouvés, ils jouent, en attendant de passer à table, 
sans se préoccuper des discussions autour d’eux.
 La table (à laquelle chaque année on ajoute une rallonge) est  installée à l’ombre des pommiers. 
Le repas est sobre, comme autrefois, l’essentiel est de revivre les années passées, les faits marquants de l’enfance et d’échanger tout ce qui rappelle  la joie de vivre et l’amour échangé.
 Le père et la mère rajeunissent de quelques années grâce aux évènements évoqués. Ils « boivent du petit lait » à la vue de leur progéniture à nouveau rassemblée, et éprouvent une grande satisfaction devant la réussite de chacun.
Les soucis sont oubliés, c’est à qui racontera une anecdote que tous connaissent déjà, ils l’ont vécue ensemble et les éclats de rire fusent grand train.
La fratrie rajeunie, les « tu te rappelles » sont à l’honneur :
-          Toi, tu nous proposais gentiment de garder nos bonbons en lieu sûr, nous te les avons confiés jusqu’à ce que nous nous sommes aperçus que tu les cachais sous ton oreiller et que tu les mangeais « en douce »
-          Et les colos, vous vous souvenez des colos, moi j’étais allé à l’océan, j’ai ramené ma valise intacte, je ne l’avais pas ouverte de tout le séjour, (j’avais 5 ans)….
-          Tous les matins, pour nous réveiller, Papa, tu nous sifflais l’air de : « Les écoliers laborieux… »
-          Maman tu avais confectionné une tenue assortie pourcinq  d'entre nous, lors de ma communion. 
Tu attendais que nous soyons tous couchés et tu t’installais devant ta machine à coudre…
-          Nous les garçons, nous grimpions aux arbres pour récupérer les œufs de pie (considérées comme nuisibles) afin de les vendre à la mairie qui nous récompensait avec quelques piécettes.

Autant vous dire que la journée est passée bien trop vite…, quelques heures passées à remonter le temps avaient remis du baume au cœur et,  tous, joyeux,  se sont promis de se rencontrer à nouveau le plus tôt possible.


samedi 16 avril 2016

Dans mon jardin

Dans mon jardin il n'y a pas que des fleurs
il y a aussi des oiseaux 


des chardonnerets
 








des moineaux



des merles


une huppe (après l'avoir observée un moment dans le jardin, j'ai pu la
photographier lorsqu'elle s'est réfugiée dans l'arbre chez mon voisin...)


et pendant que certains préparent leur nid, les tourterelles couvent sous
le toit de l'appentis qui sert d'abri aux voitures,
je pense que les naissances sont imminentes, serai-je invitée à faire la connaissance
des nouveaux-nés ? Je guette...



 

jeudi 14 avril 2016

Fantaisie

Fantaisie de la nature pour cette carotte 
trouvée dans le panier de l'Amap de fille cadette et M. Gendre...


mercredi 13 avril 2016

Teruel

"Les Amants de Teruel sont deux personnages légendaires, Juan de Marcilla et Isabel de Segura, morts en 1217
  Diego et Isabel s'aiment, mais le père de la jeune fille préfère un jeune homme de meilleure famille nommé Azagra. Diego part pour la guerre amasser honneur et fortune, et revient au bout de cinq ans, délai qui lui a été accordé. À son retour, il va chez son amante qui vient d'épouser Azagra, il lui demande un baiser qu'elle refuse et meurt de chagrin. Isabel entre à l'église pendant les funérailles, donne un dernier baiser au cadavre de Diego et expire dans cette suprême étreinte.
Les corps momifiés des deux amants ont été exhumés en 1555.
  Leur tombe était située dans le cloître de l'église San Pedro à Téruel
 avant la construction d'un mausolée par le sculpteur Juan de Ávalos 
L'histoire a inspiré de nombreux artistes espagnols, poètes dramaturges et musiciens." Wikipédia

 Ici, les Amants devant le Mausoleo qui leur a été consacré à TERUEL




TERUEL : Place San Juan 

TERUEL : vu depuis le haut de la Tour San Salvador



Mosaïque représentant Teruel


TERUEL : sous un coin de ciel bleu, c'est mieux, non ?