Follow by Email

lundi 15 décembre 2014

Rien ne va plus...


"Faites vos jeux...rien ne va plus"

Cette célèbre maxime n'est valable chez moi que dans sa seconde moitié,
en effet,  celui qui est devenu le compagnon de mes vieux jours, ne me donne plus satisfaction...
Il  n'obéit plus à aucune de mes demandes
me laisse sur ma faim, met un temps infini pour faire la moindre chose...
Bref, je n'en peux plus, je vais l'abandonner, au moins momentanément,
en tous cas jusqu'à l'année prochaine (qui n'est pas si loin..)
J'espère qu'après la venue de nos enfants qui seront chargés de coiffer
leur casquette d'informaticiens, mon ordinateur retrouvera
toute sa jeunesse et me permettra de revenir vous rendre visite
et de lire vos commentaires toujours très appréciés.

Je vous souhaite de Bonnes Fêtes de Fin d'année et vous dis :
à tout bientôt, j'espère !

samedi 13 décembre 2014

Où il est encore question de lumière

Hier au soir il y avait le feu....




mercredi 10 décembre 2014

Les 10 du 10


Pour ce dernier ten on ten de l'année, et pour illustrer le thème qu'Elle
nous propose, (  célébrons la LUMIERE !
Lumière, lumignon, flamme, bougie, lumière naturelle ou artificielle, phare, signal, lumière crue ou reflétée... Qu'importe!
Laisser parler la lumière...)

J'ai puisé dans mon stock de photos, j'y ai trouvé

la lumière d'un regard


la lumière au bout du chemin



ou au fond d'un ciel tourmenté


les jeux d'ombre et de lumière



La lumière  crue sur le plaqueminier



celle reflétée dans une flaque


la lumière artificielle des réverbères


ou celle-ci très utile pour traverser un tunnel




pour finir, quelques lumignons posés sur le bord de la fenêtre lors de la fête des lumières.


Les autres participants sont 








jeudi 4 décembre 2014

Le parachutiste de Ste Mère l'Eglise (50)

"Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les parachutistes américains sautent sur le Cotentin (opérations Albany et Boston) pour créer une tête de pont aéroportée à l'arrière d'Utah Beach, une des deux plages américaines du débarquement pour faciliter la sortie des troupes qui vont y arriver à l'aube. En effet les nombreux marais et terrains volontairement inondés à l'arrière de la côte ainsi que le peu d'accès routier sont très favorables à la défense allemande et risquent d'empêcher la progression américaine sur la terre ferme. L'unité de John Steele doit sauter aux abords de Sainte-Mère-Église et prendre le bourg normand.
Mais le pilote du C-47 qui transporte une quinzaine de parachutistes, dont Steele, vole trop haut, de peur de la DCA. Les hommes sont donc mal largués et sont parachutés aux alentours de 4 h 00 du matin sur le village même. Lors de sa descente, John Steele est atteint au pied par une balle ou un éclat métallique. Il ne peut plus contrôler son parachute et atterrit finalement sur le clocher de l'église. Il se balance et tente de se libérer de son parachute tandis que sur la place, tout autour de l'église, les combats font rage. Il essaye de se décrocher à l'aide de son couteau mais malheureusement celui-ci tombe. Il prend alors la décision de faire le mort afin d'éviter de servir de cible à l'ennemi. Après plus de deux heures, un soldat allemand du nom de Rudolf May vint le décrocher. John Steele fut soigné et fait prisonnier. Il s'évade trois jours après, s'enfuyant par une fenêtre et rejoint les lignes alliées. Il est alors transféré vers un hôpital en Angleterre."



De nos jours on peut voir un parachutiste accroché à l'endroit même où est tombé
John Steele, en haut du clocher de l'église,  à Sainte Mère l'Eglise (50)

lundi 1 décembre 2014

Lautrec (81) -2-

 
Et voilà la suite et fin de ce joli petit village médiéval où sont organisées, entre autres, une fois par an
la "fête de l'ail rose", puis celle du pain à l'occasion de laquelle le moulin et remis en service.

Le café Plum' (café-libraire) respire la rencontre,
y sont organisés des spectacles, des concerts

On peut aussi y voir l'atelier d'un sabotier,  où sont représentées
toutes les étapes de ce métier.









Bonne semaine à vous.